A TRAVERS NOS PAS: 4ème chant

Sans-Nom continuait à suivre le sentier des brumes tout en tendant l’oreille, guettant les murmures de la forêt. Celle-ci était devenue silencieuse depuis son étrange aventure. Les arbres le laissaient en paix bien qu’il sentît encore leurs regards attentifs. Ces instants de paix lui permirent de ne remarquer non pas un bruit mais une absence de bruit. ELLE lui parlait souvent des oiseaux chantant dans les forêts pour ses habitants. Il s’était réjoui en imaginant pouvoir retrouver un peu de la voix de celle qui était son alter ego à travers ces piaillements tant vantés. Hélas, aucune mélodie n’enchantait ces lieux. Le seul bruit qu’il entendait était celui des clapotis de l’eau. Il s’agissait là de la rivière sans fond où semblait d’ailleurs s’arrêter le sentier des brumes. Curieux de voir si la réputation de cette rivière était aussi fondée que celle de cette forêt dite sans âme et ne pouvant de toute façon poursuivre sa route, il s’en approcha et s’accroupit pour l’observer. La rivière coulait lentement, s’accaparant le cours du temps pour elle, même au niveau de la cascade visible en amont. Avec douceur elle humectait les narcisses et les racines des saules pleureurs de part et d’autres de son lit mais avec une fureur surprenante elle venait s’écraser sur les rochers qui se mettaient sur son passage au point de les briser à chaque assaut. Sans-Nom se pencha au dessus de l’eau pour contempler cet étrange cours d’eau. Le ciel obscurcit par cette forêt faisait presque injure au bleu azuré de cette rivière tant celle-ci correspondait plus à l’image que ceux de ce monde ce font de la couleur des cieux. Il plongea son regard plus avant mais ne vit rien d’autres que les nuances de bleu de plus en plus sombres sans parvenir à en percevoir le fond. Il n’aurait pu dire combien, de temps il est resté ainsi. Au bout d’un moment, il vit des formes se mouvoir sans troubler la tranquillité apparente de ces eaux. Seul son reflet aquatique fut altéré par une des créatures s’avançant vers lui. Il vit un de ces esprits ondins magnifiques que l’on nomme sirène s’approcher et tendre les bras vers lui en souriant. A ce moment, son propre visage et celui de cette légende se mêlèrent. Sans-Nom cueillit un narcisse solitaire et l’envoya à la sirène. Furieuse et arborant à ce moment un visage d’une incroyable laideur, celle-ci voulut jaillir de l’eau pour l’agripper mais Sans-Nom fut plus rapide et d’un cou dans l’eau brouilla son reflet. Lorsque le calme revint, il eut juste le temps d’apercevoir la sirène rejoindre ses compagnons le narcisse entre les mains. Une voix moqueuse qui ne lui était pas inconnue héla Sans-Nom:

Pourquoi l’as-tu rejetée?

C’est toi qu’elle voulait et non une stupide fleur.

Ne t’es-tu pas dit qu’elle connaissait peut-être ton nom?

Sans-Nom leva la tête et vit le dandy aux ailes noires perchés sur la branche d’un arbre. Il lui répondit :

Comment puis-je regarder en moi si je comprends à peine le monde?

A force de se regarder, narcisse a oublié ce et ceux qui l’entourait.

Comment pouvait-il prendre plaisir

A contempler la vacuité

De son existence?

Nihil ex nihilo,

Du néant il ne sort que le néant.

Alors dis-moi, que m’aurait vraiment apporté cette sirène

A moi qui n’ai jamais su regarder autrui?

Le dandy aux ailes noires eut un sourire narquois et désigna un point de la rive en reprenant la parole:

Toi qui aimes tant les histoires qu’ELLE t’a raconté,

Regarde ce qui se passe.

Toi qui cherche un nom et une sépulture,

Regarde la mort.

A quelques mètres de lui sur la rive, Sans-Nom vit un scorpion s’approcher de l’eau. Proche de lui une grenouille barbotait dans une flaque. Le scorpion s’approcha de la grenouille et lui dit:

Grenouille mon ami

Je t’en prie

Aide moi à traverser cette rivière.

Sans-Nom se rappelait de ce conte qu’ELLE lui avait raconté. Mais il écouta la grenouille répondre:

Si je t’aide à traverser

Tu me piqueras avec ton dard

Et je mourrais.

Sans-Nom connaissait déjà la réponse du scorpion à cet argument:

Si tu m’aides en me transportant

Et que je te pique avec mon dard

Alors que nous sommes sur les flots

Tu couleras en mourant

Et je mourrais avec toi.

Ce n’est donc pas dans mon intérêt.

Sans que cela surprenne Sans-Nom, la grenouille laissa le scorpion monter sur son dos et nagea en direction de l’autre rive. Au milieu le scorpion piqua la grenouille. Excédé par ce crime, Sans-Nom se tourna vers le dandy ailé et le prit à parti:

Je connais cette histoire!

Je connaissais déjà le dénouement!

Quel intérêt que de me faire spectateur de cette scène!?

La grenouille demande au scorpion avant de mourir

Pourquoi il a fait ça

Puisqu’ils vont tous les deux mourir

Et le scorpion répond que c’est dans sa nature!

Le dandy aux ailes noires jeta un regard affligé à Sans-Nom et lui dit doucement:

En es-tu sur?

Regarde.

Écoute.

Entend.

Surpris par le regard qui lui fut lancé, Sans-Nom continua à observer les deux protagonistes. Il entendit non pas la grenouille, comme dans l’histoire qu’il connaissait, mais le scorpion demander tristement:

Pourquoi as-tu fait ça?

Nous allons mourir tous les deux.

Et la grenouille de répondre à la place du scorpion:

C’est dans ma nature

Sans-Nom regarda sans bouger, sans cligner des yeux même, les deux cadavres se faire lentement recouvrir par les eaux de la rivière sans fond comme deux danseurs d’une obscène danse macabre aquatique. Le laissant à sa méditation, le dandy aux ailes noires ralluma une cigarette semblable à celles fumées par ceux de ce monde et en expira des volutes qui formèrent la suite du sentier des brumes. Lorsque Sans-Nom leva les yeux vers lui, il avait disparu.

Ô mon aimée

Je ne sais que penser de ceci.

As-tu obéi à ta nature

En t’offrant à moi?

As-tu été l’infâme bourreau

De mon innocence?

Ou bien étais-ce dans ma nature

De dévorer autrui

Pour trouver mon nom?

M’as-tu damné

Ou m’as-tu maudit?

Ou ne suis-je que

L’héautontimorouménos?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.