DESSOUS

Dessous ça s’étripe
hurlements et convulsions

les voisins en grippe
dégainent des pulsions

dessous ça s’agrippe
ça dégueule au plafond

des mots des fripes
des fois qui touchent le fond

un objet tombe
dans un son sourd
un à peine silence
avant la trombe

« approche, que je t’arrache l’âme
d’un cliquetis de canine »

Dessous ça s’effondre
se relève et crisse d’aigus

la voisine qu’on entendait pondre
ne se relève plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.