Ni flûte ni tambour

Ni liberté ni déterminisme. Ni flûte ni tambour.

S’arrêter sur l’un ou l’autre met en avant une myopie.

Nécessaire abstraction de causes et d’effets

Sous l’angle du coup de dé ou de la voie toute tracée

Pas de commerce social sans cela peut-être?

Ou alors, bien rudimentaire, pulsionnel, survivace au primal degré?

 

Peut-être voit-on un peu plus loin qu’il y a cinquante mille ans

Grâce aux miroirs devant les miroirs, grâce aux profondes strates de codes incorporés

Grâce aux petits remèdes philosophiques contre la myopie:

Binocles de Platon, monocle de Kant, lunettes de Nietzsche…

Une couche de miroirs en plus sur les reflets des mondes, produit de l’analyse des carottes de l’histoire des pensées.

 

Alors, dans toute interprétation, une bourrée de Dionysos et d’Apollon

Une composition?

On ne cherchera plus l’origine de la musique dans la flûte ou le tambour.

On pressentira que l’un est contenu dans l’autre, d’aussi loin que nous en permettra la perception.

On ne dira plus: « Ca dépend ».

Les gens qui sourient en regardant les poupons m'emmerdent

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.