"The baby of Mâcon", cauchemar religieux de Greenaway

The Baby of MaconUn film que je n »ai vu qu’une fois et que je serais curieux de revoir avec un regard neuf. Cette oeuvre est pour moi marquée du sceau de la confidentialité à l’instar d »obscures rites ésotériques. Il m’a été montré par ce fou exalté mais brillant qui me servait de professeur de théâtre. Celui-ci, conscient de ce qu’il montrait à des lycéens, prit soin de verrouiller la porte de notre classe. La semaine précédente, il nous avait fait découvrir « La divine comédie » mise en scène par Carolyn Carlson, cette fois-ci, ce fût le tour de Peter greenaway et « The baby of Macon ».

 

Pour présenter cette œuvre choquante à bien des titres : Une femme laide accouche d’un enfant parfait. Sa soeur s »en empare et se fait passer pour sa mère, une nouvelle vierge enfantant un messie. La foi, la folie, l’Éros et le Thanatos se mêlent dans un spectacle effroyable auquel un public noble assiste. En effet, « The baby of mâcon » est une pièce de théatre. Le film commence par le public princier qui s »installe. Tout le film, à travers cette mise en abîme, nous regardons autant ces mondains que ce qui se passe sur scène; ou est-ce nous, nos entrailles que nous contemplons ? L’horreur se mèle au sublime, le sublime se répand dans le sang, le sang d »un Christ nouveau enivre les pénitents spectateurs.

Gros bonus : en actualisant cette discussion suite aux changements récents sur votre forum favori, j’ai découvert que la société de production de ce petit chef-d’œuvre a mis leur film à disposition sur youtube !   Inutile de vous dire que j’ai bondi de joie !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.