"Control", une infinie tristesse

Affiche du film "Control"Quelle étrangeté de parler d’un film qu’on n’a pas vu. Je le confesse, je n’ai toujours pas regardé « Control ».

Pour ceux qui n’auraient jamais entendu parler de cette œuvre, il s’agit d’un biopic relatant la courte vie de Ian Curtis, le chanteur emblématique du groupe «Joy Division » ; de ses débuts à son suicide. Alors pourquoi ne puis-je regarder ce film ? Pourquoi la semaine dernière, alors que l’envie était forte je me suis finalement retranché sur « Salo et les 120 journées de Sodome » de Pasolini ? Tout est dans le titre de mon sujet : la vie d’Ian Curtis m’inspire une infinie tristesse.

Reprenons brièvement sa vie. Un petit jeune comme tous les autres un peu paumé, sujet à de violentes crises d’épilepsie ; dans une Angleterre post-punk il se défonce et se met à la musique. Sans le savoir, il va changer la musique avec des groupes comme « the cure », « sisters of mercy » ou « Siouxsie and the banshees ». Personne n’oubliera sa musique ni ses étranges performances scéniques : il mettait en scène ses crises d’épilepsies, balançant ses bras mollement le regard vide avant de s’agiter comme un damné. La postérité s’en rappellera comme de « la danse du papillon crevé ». Petit à petit le groupe a fini par acquérir une certaine reconnaissance ; petit à petit Ian Curtis s’est enfoncé dans les abus en tout genre, médicamenteux notamment, les crises d’épilepsie de plus en plus violentes, les problèmes de couple. Il allait mal, il s’effondrait régulièrement mais le public stimulé par sa gestuelle unique était là, prêt à entendre sa voie grave. Quitté par sa femme, il se suicidera le matin où le groupe devait s’envoler pour une tournée aux Etats-Unis. J’ai cru comprendre que la tournée s’annonçait triomphale. Sa chanson phare « love will tear us appart » semble être son épitaphe.

Mais revenons –en à la question initiale, pourquoi je n’arrive pas à regarder ce film. A vrai dire j’ai vu un extrait qui a suffi à m’attrister. Ian Curtis était juste un gars comme vous et moi. Il n’est pas mort assassiné par son père, il n’a pas explosé en avion, il n’a pas été victime d’une fusillade, des rumeurs ne disent pas qu’il est vivant quelque part, il n’y a aucun mystère ou complot d’état derrière sa disparition. Il s’est simplement pendu dans sa cuisine. Rien de glamour ou d’exotique. C’est peut être pour cela que je suis ému à la seule évocation de son nom, parce qu’il est semblable à ceux que je connais, il est semblable à moi, il est semblable à vous. Je regarderai ce film et je viendrais surement en parler ici, Pour l’instant je n’y arrive pas.

Voici un extrait du film:

Et maintenant le clip version BBC de « Love will tear us appart »:

Pour avoir des avis sur le film , Je vous invite à consulter le lien vers le site allociné et la fiche du film

Pour en savoir plus, je vous invite à prendre connaissance des articles Wikipedia sur Ian Curtis et Joy Division

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.