Confession dans le boudoir.

Je tourne en rond dans mon boudoir.

De temps en temps, j’allume quelques bougies pour éclairer les lieux.

C’est bientôt l’heure de la confession. A-confession

Ce sera en direct et transmis par les câbles immatériels.

Je m’assoie sur mon sofa, histoire de commencer à trier mes souvenirs. Puis je  finis par me jeter la tête en arrière sur mon gros coussin à pensées.

Dans une position digne d’une séance de psychanalyse, dans un cadre des plus baroques, je lance la transmission.

J’avoue que ma relation à l’Orpheo Mundi a beaucoup évolué ; après avoir mis quelques temps à faire connaissance, l’attachement est réel.

Tout d’abord, le château, le vaisseau ou comme on voudra appeler symboliquement l’Orpheo.

J’adore les visuels, l’ambiance générale. J’ai toujours aimé le baroque, le beau, l’art, le romantisme, la mélancolie, et une pointe de noirceur infernale.2146155457

 

Le bouquet est magnifique et parfaitement présenté par notre Maître Ikebana, le Révérend.

Cet être n’a pu se contenter de bâtir son monde idéal en le gardant pour lui seul.

J’aime la générosité et le courage.  J’aime l’idéalisme.

En créant une communauté, en faisant en sorte que les règles de bienséances soient respectées en ces lieux,  il nous offre l’opportunité de créer notre propre univers, flottant dans sa galaxie.

Chaque flottement est agréable.images-1

J’aime voir ce qui se fait, j’aime faire.

Un certain personnage disait ; là où il y a de la vie, il y a de l’amour.

J’aime que les gens aiment, la passion en étant une essence.

Baignée d’amour, immergée dans le beau,  embrassée par la connaissance, le nirvana est assuré.

L’Orpheo pourrait être une drogue.

Je ne supporte pas la solitude ; les objets de mon boudoir et les petites têtes que j’imagine passer le coin de la porte me réconfortent.8cb34cd5-c287

La maladie nous fait perdre beaucoup de choses, surtout si l’on arrête de se battre.

Lorsque l’on se retrouve isolés, seuls chez soi et avec trop peu d’énergie, il y a la possibilité de continuer à avoir des interactions avec des humains, de se confier,d’offrir et de recevoir, virtuellement.

J’ai retrouvé cela dans l’Orpheo, bien évidemment.

Pour tout vous dire, j’ai fermé mon compte facebook ; il était devenu un objet ce consommation pour mes visiteurs ennuyés par leur quotidien.

Parce que je ne donnais plus assez dans la réalité, eux aussi n’ont plus donné.

J’aime l’art. Je suis un germe fané d’artiste.

J’aime le rêve, Mon monde est peuplé de rêves.images-2

Mon âme vibre pour cela.  Alors, j’ai définitivement choisi l’Orpheo.

Même si je ne lui accorde que trop peu de temps. mon Orpheo Generoso.

Ici, j’ai un chez moi, des rêves à bâtir et une âme bienveillante pour me protéger.

C’est le plus beau terrain qu’il m’ait été offert pour lancer mon processus de développement face à l’adversité.

C’est une branche sur laquelle je pourrai toujours m’accrocher. La boue ne pourra plus jamais m’emporter.

love-confession

L’enfant curieuse que je suis aura toujours des choses à découvrir et à apprendre, l’ennui est un mot qui ne peut exister ici.

Il y a des bâtisseurs en ces lieux. Je les regarde faire et médite sur ce qu’ils sont. Et je regarde le beau. Ca me fait du bien !

La communauté crée. Nous sommes seuls, ensemble.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.