Du rêve aux errances

Je viens de réaliser qu’en ouvrant ce site je devrais jongler un peu plus qu’avant.
Commençons par une petite description. Ces lieux font partie d’un réseau artistique appelé Orpheo Mundi. Le premier site lancé il y a plus de deux ans fonctionnait en solo. J’en ai fait un réseau dédié aux arts et aux lettres il y a un an. L’échelle de Jacob était initialement sur mon blog personnel au sein de ce réseau : le Rêve-Errance. J’y publie mes nouvelles et quelques essais. Ne soyez donc pas surpris si j’y fais parfois référence. Il ne s’agit pas de se faire une autopromotion éhontée, mais de mettre en lumière certains concepts abordés dans ces textes. Ceux-ci permettront de mieux saisir des aspects de ce jeu que j’ai créé.

Le-reve-Errance

Je vais également devoir jongler car je ne pense pas, à l’heure actuelle, publier des scénarios pour l’échelle de Jacob. Je vois déjà pleuvoir les lettres d’insultes clamant, jurant sur la barbe enflammée d’un Balrog courant nu au milieu des champs, que je subirai un anathème éternel. Avant d’en venir à ces extrémités, je m’explique. Personnellement, je n’ai jamais été intéressé par les scénarios préconstruits. Je suis le genre de MJ qui laisse un maximum de liberté aux joueurs dans le cadre de la simple logique : action/réaction. Un joueur veut faire quelque chose de  stupide ou qui pourrait changer l’équilibre du monde ? Ok. Il en subit par contre les conséquences.

Prenons ce jeu en exemple. Un diacre se dit qu’il veut finalement faire son rebelle et se payer le pape. Question de logique : pensez-vous réellement que c’est le premier à avoir une idée aussi idiote ? Si ça avait été le cas, la lignée des papes aurait été éteinte depuis longtemps. Un MJ qui connaît bien son univers connaît les garde-fous et les procédures mises en place en cas de crise. La connaissance ne suffit pas ; il faut savoir l’utiliser à bon escient. Il n’y a pas de mystère : un bon maître de jeu est quelqu’un qui sait s’adapter. Un ami m’a complimenté de façon inattendue en décrivant ma façon de faire à un novice :

« Imagine le truc. Ton personnage prend sa voiture, il part dans une direction au hasard. Il roule 27 km. Il s’arrête dans le 3ème bar de la ville. Il s’assied au comptoir et parle au mec assis à sa gauche. Et bien avec ce MJ, ce pauvre type que tu auras pris au hasard, il aura une vie entière à te raconter »

C’est ce que j’appelle s’adapter. On n’a pas forcément un vivier de personnages préconstruits. Vous imaginez bien que la situation décrite ci-dessus est typiquement celle de l’inattendue. Et bien c’est une chance. Vous êtes ici parce que vous avez de l’imagination. Profitez-en et faites-en profiter vos joueurs. L’échelle de Jacob n’est plus sur mon Rêve-Errance mais il partage avec une vertu essentielle : le rêve. Rêvez et faites rêvez.

Pour en revenir au fait que je ne compte pas publier de scénarios : je ne vais pas vous laisser à l’abandon sans proposer de cadre concret. Aux scénarios, je préfère vous présenter des nouvelles permettant une immersion dans la cour des ombres.  Entre mes nouvelles personnelles, celles pour l’échelle de Jacob, la gestion quotidienne du réseau et les projets avec les autres membres, je vais faire beaucoup d’aller-retour entre les différents sites.

Le site de L'échelle de Jacob
Le site de L’échelle de Jacob

Je ne m’en plais pas, bien au contraire : ça me plait

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.