La féerie de Michael Parkes

Je serai concis pour parler de Michael Parkes car tout est dans le titre. Je me contenterai de décrire ce que j’ai ressenti la première fois que j’ai vu ces œuvres. J’ai eu l’impression de retrouver quelque chose de perdu, non point seulement cette féerie dont je parle dans le titre, mais aussi une forme d’esthétique innocente. Alors que je sortais d’une journée de boulot dans un décor hideux, tandis que j’essayais d’oublier la puanteur du RER, je me suis évadé. J’ai été emmené vers quelque chose qui me semblait plus épuré que le ciel. Le masque dont je me pare s’est fendillé un instant pour laisser entrer une tendre douceur, puis, une mélancolie heureuse. C’est ainsi que j’ai perçu ses œuvres qui m’ont forcé dans un murmure à regarder les nuages en rêvant.

michael-parkes-1 michael-parkes-3 michael-parkes-2

Mais je vous laisse juger par vous même puis vous rendre sur ses sites :
http://www.michaelparkesgallery.com/
http://www.michaelparkes.com/?…..arkes_news 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.