L’arche de Noé

Bonjour rêveuses et rêveurs orphiques,

Cet éditorial sera un peu particulier. Je vous dévoile quelques coulisses de votre réseau favori afin de lancer une chaîne. Administrateurs et fondateurs, nous discutons très souvent de tout et de rien. Il nous arrive entre deux bières de parler de ces lieux. Après ces quelques mois d’existence, j’ai fait avec eux un petit bilan afin de nous faire une idée de ce que nous avions fait et de tout ce qu’il nous restait à accomplir. Plusieurs m’ont dit une chose pertinente que je résumerais par ces quelques mots : que j’assume. Vous savez qu’en passant de mon site à moi à un réseau je souhaitais une direction collégiale. Cela fonctionne bien, nous ne nous sommes pas encore massacrés à coup de pelle à tarte. Toutefois pour créer l’émulation, il faut des projets communs ; nous y travaillons actuellement. Permettez que je jette un voile pudique sur ce qui  vous attend. Un certain Cardinal me dit souvent : « arrête d’écouter l’esclave en toi et laisse parler le maître ». J’assume le rôle de Maître de cérémonie, d’animateur impénitent : vous l’aurez voulu ! Ha ! Haha ! hahahahaha ! Un dernier pour la route : ha !

Michelangelo [Public domain], via Wikimedia Commons
Michelangelo [Public domain], via Wikimedia Commons
Chacun de nous dans les éditos qui suivront racontera ce qu’est pour lui l’Orpheo Mundi. Loin des séances d’auto-contrition de la révolution culturelle chinoise, il s’agit plutôt de mieux connaître ce qui anime ce réseau, que ce soit en un mot ou en une longue tirade (un mot serait toutefois un peu court, vous en conviendrez). Même si je connais bien les autres administrateurs qui sont avant tout des amis, je suis curieux de savoir ce qu’ils écriront. Je me suis rendu compte que j’en parlais souvent dans la vie de tous les jours et sur des réseaux sociaux connus ; pas ici. Alors je me lance.

Parfois, quand je suis chez moi, je m’assois devant mon ordinateur et j’ouvre la page d’accueil du réseau. Je ne fais rien ; je me contente de regarder en fumant une clope avec un café le matin ou un verre de vin le soir. je vois les éditos des diférentes plumes, l’affiche du concert de Soul Like Breeze, le logo orphique réalisé par mon conjoint, toutes les rencontres réelles, les virtuelles qui ne demandent qu’à être réelles.

Quand je suis au travail, un peu saoulé, j’ai la même page ouverte. Cela m’apaise. Quand je me perds parfois, je regarde et je me retrouve. Je me souviens de ce que je suis et de ce que j’aime. Dans l’interview du site 4h18, je parle de l’île-où-les-rois-se-reposent comme mon objectif. L’Orpheo est la première pierre de cette île, le vaisseau me guidant à travers les flôts. À défaut de la trouver, je la crée. Finalement, j’aurais pu nommer ces lieux l’Arche de Noé.

Internet est un océan d’information. Je vous souhaite la bienvenue sur cette Nef. Soyez assez fous pour embarquer. Si vous avez encore des doutes, lisez cette description. Vous vous reconnaissez ? Vous savez ce qu’il vous reste à faire.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.