Currently browsing tag

peinture

Camie Davis : Narcisse en Écho

Sa douleur, sa fascination, sa mort tout est visible dans cet instant immortalisé par un maître. Je me retrouve dans le rôle d’Écho ne pouvant sauver l’être ingrat qui la fascine. Il ne me verra jamais tandis que je reste à le contempler pendant des heures.

Cachez ces âmes que je ne saurais voir.

Chaque semaine, nous nous dévoilons. Nous sommes un seul corps dénudé se présentant au monde : plus que jamais cet éditorial sera sous le signe du simple appareil en peinture, en photographie, en mot et en âme. Ne rougissons pas de la nudité, car beauté et esthétique sont au delà de l’épiderme.

Les peintres démiurges

Pour d’autre, cela sera un pléonasme, chaque artiste étant un peu démiurge en créant son univers. Ce qui lie ici ces différents artistes, ce sont leurs représentations si particulières du corps qui, bien plus que chez d’autres peintres, sont proches de la terre.

Istvan Sandorfi

Trop tard… C’est tout ce que je trouve à dire pour l’instant en parlant d’Istvan Sandorfi. Je viens de découvrir ce peintre …

David Jon Kassan, la peinture photographique

Avec les tableaux de Kassan par contre, il n’y a pas que mes yeux qui réagissent, l’émotion est là. Il ne s’agit pas de démonstration mais d’un réel talent pour représenter une réalité au delà de la matière physique.

Patrick Boussignac

Il prend les réalités que nous connaissons, les tord de ses doigts experts pour en faire ressortir des trésors enfouis en nous. Il détruit les frontières absurdes pour nous offrir un monde libéré de ses contraintes.

Thierry Bruet

Et ce qui me fascine le plus dans ses créations ? Elles me rappellent l’ambiance des cabarets allemands des années 30. Décadence, cruauté, raffinement.

Victor Wang

Ce que j’aime chez cet artiste ? Le fait que la peinture ne soit pas seulement un moyen d’expression, la matière peinture, l’outil peinture, le relief qu’il met dans ses œuvres me les rendent aussi étrange qu’un tableau d’Arcimboldo

Bouguereau, méprisé en france, adulé dans le monde

Maître académique, il a fini en France comme victime de la guerre esthétique entre les modernistes et les gardiens du sérail. Sa simple maîtrise technique ferait rougir de honte beaucoup d’artistes contemporains voulant comparer son trait au sien (le peuvent-ils d’ailleurs ?).

L'atelier

Le chevalet est vide ce matin. Lady K a trouvé le titre du tableau: “Symphonie Bordélique”. Bordélique, ça me va. Élaboration bordélique, …