Le livre des diacres

« Un élu, c’est un homme que le doigt de Dieu coince contre un mur »

(Jean-Paul Sartre, « Le diable et le bon dieu »)

Ici se trouve la vérité des diacres ;  vous êtes l’un(e). Il vous appartient de connaître leur histoire et leur organisation pour survivre au sein de la cour des ombres.

Le concile apostoliqueLes ministères sacerdotauxLe patriarcat des diacres

Le concile apostolique

Le concile apostolique a été créé après la seconde guerre mondiale.

Les primats pontifes

Sept diacres ont réuni leurs congénères traumatisés par les massacres et la disparition des apôtres pour fonder cet ordre. Les sept sont naturellement devenus les dirigeants du concile.

Ces fondateurs portent le titre de « Primats pontifes ». Les sept forme le conseil nommé l’épiscopat régent. Chacun d’eux a créé un ministère sacerdotal correspondant à une vision de la foi.

Les ministères sacerdotaux

  • Le ministère de l’épée
  • Le ministère de l’exode
  • Le ministère des passions
  • Le ministère des miséricordes
  • Le ministère de l’alliance
  • Le ministère de l’unité fractionnée
  • Le ministère du néant

Les prélats cardinaux

Chaque primat pontife est secondé par des « prélats cardinaux ». Il n’y a pas plus d’un prélat cardinal par continent. Leur rôle est de coordonner les actions de leur ministère dans la région du monde dont ils ont la responsabilité. Ils coordonnent les actions des congrégations.

Les congrégations

Les congrégations sont les rassemblements de diacres et de diaconesses travaillant ensemble.

Généralement, elles sont permanentes ; ses membres ont l’habitude de travailler ensemble. La plupart du temps, une congrégation appartient à un ministère sacerdotale. Dans un pays ou une région, il n’est pas rare que plusieurs ministères sacerdotaux coexistent en se partageant le territoire et les responsabilités selon les besoins. Le nombre de représentants dépend aussi de la densité de la population. La prévalence de telle ou telle congrégation est un enjeu important pour les ministères. Par exemple, on retrouve plus de congrégations de l’exode en Afrique qu’en Europe.

Certaines congrégations peuvent être composées de différents ministères sacerdotaux pour des missions ponctuelles ou, plus rarement, sur le long terme.

Les archidiacres

Les congrégations sont dirigées par les archidiacres ayant pour mission de rassembler les diacres, les former, donner les ordres de missions.

Le concile apostolique est dirigé par les 7 Primats pontifes qui réunirent les diacres suite au traumatisme de la seconde guerre mondiale.  Ils  forment le conseil appelé « l’épiscopat régent »

Chacun  d’eux dirigent un ministère sacerdotal correspondant à une vision de la foi :

Le ministère de l’épée

Ils sont la force armée du concile apostolique. Protection, destruction, assassinat, cette armée ne recule devant rien pour parvenir à ses fins. Ils sont prêts à tous les sacrifices, y compris celui de leur vie. Ils sont souvent décriés pour leurs méthodes et vus comme bornés par les autres ministères. Les membres du ministère de l’épée ont du mal à concevoir que leurs pairs protègent leur vie au lieu d’aller jusqu’au bout de leurs objectifs. Cette attitude intransigeante leur vaut en revanche toute la considération du ministère de l’unité fractionnée. De par sa nature, ce ministère est celui subissant le plus de pertes.

Le ministère de l’exode

Le monde est vaste, les croyances sont nombreuses. Les diacres du ministère de l’exode sont des nomades partant en quête du monde et des ses différentes cultures. Ils sont ceux qui rapportent au concile apostolique les mouvements des différentes structures en dehors de la cour des ombres chrétiennes. Le fait d’être en contact avec le reste du monde les rend souvent détachés des conflits internes.

Le ministère des passions

Dieu est mort de lassitude ; ce n’est qu’à travers les expressions de vie que le monde peut survivre. Ceci est le postulat du ministère des passions. À travers la somatisation ou la sensualisation, la transe au sein de l’expérience est au cœur de leur croyance. « Sexe, drogue et rock’n roll », ce credo pourrait définir leurs modes de vie et leurs objectifs. Ils placent la passion et les passions au niveau du divin. L’acceptation de ces concepts fait d’eux les plus aptes à affronter les esprits de l’ombre ; ils sont spécialisés dans leur chasse.  Ils méprisent le ministère de l’unité fractionnée qu’ils perçoivent comme des nazis ; ces derniers leur rendent bien. Ils apprécient le ministère de l’exode pour leur ouverture au monde.

Le ministère des miséricordes

Toute vie est une émanation divine et doit être chérie. Le ministère des miséricordes se consacre à la protection et à la sauvegarde de chaque être. On y retrouve de tout : garde du corps, soigneurs, exorcistes, purificateurs etc. Chaque vie perdue est un affront fait au visage de dieux, source et fruit de toute existence. Ils sont généralement mal perçus par les autres ministères car leur logique s’applique à toute vie sans exception, alliés ou ennemis. Bien que leurs dons précieux fassent d’eux des alliés d’importance, leurs cœurs généreux sont tempérés par leurs congénères. Le ministère de l’épée les voit comme des cœurs tendres. Pour le ministère de l’unité fractionnée, ce sont des traîtres potentiels prêts à soigner leurs adversaires. Les autres les considèrent comme de gentils utopistes.

Le ministère de l’alliance

Rien ne peut être établi sans concession, alliance ou compromis. Ceci est la cause et la conséquence de ce ministère. De nombreuse dissension existe au sein du concile apostolique, leur rôle est de les apaiser. Ses membres sont généralement composés de jeunes diacres ou d’anciens désabusés. Les premiers adhèrent à quelques choses de neutres leur permettant une approche non-radicale de la cour des ombres. Les seconds ont vu et survécu à suffisamment de choses pour rechercher plutôt la paix et l’unité.

Le ministère de l’unité fractionnée

Pour eux, Dieu est mort. À la création du monde, il s’est fractionné pour créer toute vie. Selon leur paradigme, Jésus est l’incarnation des âmes fusionnées pour redevenir le divin ; il est l’exemple de l’absolu. Il est essentiel pour eux que chaque âme soit pure afin qu’une parousie unificatrice ait lieu. Tous les moyens sont bons pour parvenir. Cette volonté de purifier les âmes pour atteindre cet objectif final fait d’eux les plus prompts en jugement, les changeant parfois en inquisiteurs. Sans surprise, ils entretiennent de très mauvais rapports avec le ministère des passions. Ils surveillent étroitement le ministère de l’exode qu’ils accusent régulièrement de collusion avec les ennemis de « la vraie foi ».

Le ministère du néant

Ce ministère est un mystère, y compris pour les autres membres du concile apostolique. Ils sont peu nombreux et ne se mêlent que rarement à leurs congénères. Il semble y avoir une concentration importante d’athées plutôt orientés vers les sciences, l’histoire et la philosophie. À ceux qui les interrogent, ils répondent invariablement qu’ils étudient les signes de l’Apocalypse. Tous se  méfient d’eux, voire les redoutent.

Note aux Metatron : aucun joueur ne peut interpréter de diacres du ministère de l’épée.

Chaque diacre est associé à un apôtre, ce qu’on appelle le patriarcat. Chacun d’eux ce divise en deux branche correspondant à un aspect de l’immortel déchu.

L’IscarioteLes corrupteursles nécromanciens
Saint Jean l’évangélisteLes visionnairesles boanergues
Saint ThomasLes artisansles technocrates
Simon le ZéloteLes soldatsLes sicaires de l’ombre
Simon PierreLes jugesLes commandeurs
Jacques la majeurLes antiquairesLes créateurs
Saint MatthieuLes généalogistesLes instructeurs
Jude ThaddéLes gardiens de la foiLes philosophes
Saint PhilippeLes prêcheursLes soigneurs

 

Les diacres de l’iscariote :

Lors de la dernière Cène, Jésus dit à Judas qu’il le trahira. Ceci n’est pas la révélation de son forfait ; ceci était un commandement. Par dévotion pour son rabbi, il accepta d’endosser le rôle du traitre et de perdre son nom. Pour que naisse le sauveur, il fallait un traître. Son crime lui fit perdre son nom. Aucun des apôtres ne l’appellerait plus par son prénom mais par son titre : l’Iscariote. Ses diacres eux-mêmes respectent ceci. Non par crainte des autres membres du concile, mais par respect pour le sacrifice de celui désormais sans nom. L’Iscariote est un titre d’infamie pour la plupart. Pour eux, c’est leur fierté. Pour les autres apôtres et leurs diacres, Judas est toujours symbole de trahison bien qu’ils aient eu la révélation de son rôle tragique. Il s’était infiltré parmi eux, ils les avaient trompé, il sera toujours un traître à leurs yeux. Les bruits de couloir prétendent que c’est lui, sous les traits de Matthias, qui auraient corrompu ses pairs pour se lancer à l’assaut du Graal en orchestrant les croisades. Nul ne connaît la vérité ; pas même celles et ceux qui suivent sa voie.

Les corrupteurs :

Ce sont les exécuteurs des basses-œuvres du concile. L’Iscariote a abandonné son nom. Ses diacres abandonnent leur honneur pour la cause. Ils corrompent, trompent et abusent sans vergogne.

Bénédiction : Ils disposent d’un bonus+1 par niveau dans les interactions sociales (novice, apprenti, maître). Ce sont des corrupteurs après tout.

Malédiction : Une fois dans leur vie, ils trahiront la personne qui leur est la plus proche. À cause de ceci, un certain nombre de corrupteurs s’isolent socialement afin de ne s’attacher à personne. Invariablement, ils sont rattrapés par ce fardeau. Peu y survivent, à l’instar de leur mentor. Le niveau de bénédiction indique le nombre de personnes qu’ils vont trahir.

Les nécromanciens.

L’Iscariote est le seul apôtre à être revenu du shéol. De cette expérience, il est revenu avec la connaissance des secrets de la vie et de la mort. Lui comme ses diacres ont un pied de chaque côté du voile. Ils sont en rapport avec les âmes des défunts, ils peuvent leur parler ou leur permettre de s’incarner. Ce sont également les seuls à pouvoir se rendre dans le Shéol.

Bénédiction : Ils perçoivent les morts

Novice : Ils perçoivent la présence des morts sans pouvoir interagir directement avec eux.

Apprenti : Ils entendent les morts et peuvent parler avec eux

Maître : Ils peuvent les voir et les toucher.

Malédiction : Plus ils comprennent le shéol, plus ils s’en rapprochent.

Novice : Les gens se sentent mal à l’aise en leurs présences, ils dégagent une sensation morbide.

Apprenti : La mort commence à être visible sur eux. Leur peau devient froide, leur couleur change pour ressembler à un mort.

Maître : Ils sont dorénavant si proches de la mort que celle-ci les environne. À leurs contacts, les gens deviennent faibles. À chaque journée passée en leurs compagnies, les gens perdent un niveau de santé.