Soyons communs

Mes salutations,

Avoir des passions c’est bien ; les partager avec d’autres c’est mieux. L’Orpheo Mundi est le fruit de cette communion esthétique. Désir primitif d’affronter le monde ensemble et plaisir de le découvrir ensemble font du « Tout » une force supérieure à la somme des identités. J’ai  envie de revoir la définition donnée par le bon vieux Larousse du mot “communauté” :

  • État, caractère de ce qui est commun à plusieurs personnes : Une communauté de biens, d’intérêts.
  • Identité dans la manière de penser de plusieurs personnes : Une communauté de vues.
  • Ensemble de personnes unies par des liens d’intérêts, des habitudes communes, des opinions ou des caractères communs : Communauté ethnique, linguistiques.
  • Ensemble des citoyens d’un État, des habitants d’une ville ou d’un village.
  • Groupement spontané d’individus visant à échapper au modèle familial, social et politique constitué par la famille nucléaire, et aux circuits habituels de production. (Les communautés ont connu leur apogée en France dans les années 1970-1974.)
  • Droit Usage commun d’une chose indivise.
  • Religion : Réunion de personnes soumises à une règle, dans un dessein religieux ; lieu qu’elles habitent en commun.

Et nous ? Qui nous sommes-nous au final ? La réponse est évidente.


Elle l’est d’autant plus dans les commentaires de l’éditorial précédent.

Les hasards du net nous font découvrir d’autres communautés aussi passionnées que la nôtre. Citons nos partenaires, nos frères esthétiques que sont Portail BlogLa Tête de l’Artiste et La Tête de l’Artiste. Ajoutons un coup de cœur pour le réseau d’écrivains Ipagination aussi bien pour la cause défendue que pour le côté humain. Remercions JeF d’avoir initié ce projet et d’avoir également rejoint notre cathédrale orphique.

À ce sujet (qui est le véritable thème de cet édito) Loume Astrée a pris les devants en publiant deux de ses textes sur Ipagination. J’ai fait de même quelques jours après,  non sans avoir demandé avant au maître des lieux s’il était gênant d’y publier des écrits déjà présents sur nos sites. Sa réponse fut bienveillante et portée par l’amour des mots. Ainsi, j’ai quitté le confort douillet de ces lieux pour y présenter certaines créations. J’en appelle ainsi aux auteurs présents en ces lieux et aux futurs locataires : faites de même. Faites en sorte que d’autres personnes puissent lire vos œuvres en dehors de notre réseau. Vos écrits que vous publiez ici, faites-en aussi profiter la communauté des ipaginauteurs.

A ceux qui douteraient, il ne s’agit nullement d’un quelconque abandon de l’Orpheo Mundi ni en tant que projet, ni en tant qu’individualité. Suffisamment de choses nous distinguent pour que nous soyons dans la complémentarité et non dans la redondance, y compris au niveau littéraire. Par exemple, la nouvelle “À mes pairs” est la première que j’ai publiée mais la version audio n’est téléchargeable que sur le Phalanstère.  Il est également intéressant de la lire avec un autre visuel plus sobre. Leur réseau est dédié à la littérature, le nôtre est plus général etc.

Ipagination est un réseau vivant où il est agréable de découvrir d’autres auteurs : ce simple fait mérite de s’y inscrire. Beaucoup de choses sont organisées comme des ateliers d’écriture ou des concours. En tant que révérend initiateur de cette bâtisse que vous parcourez, il est agréable, pertinent et fondamental pour moi de sortir de  mon confort et d’avoir des avis non acquis.

Un intérêt et non des moindres : Ipagination est très fréquenté et vous permettra d’avoir une meilleure visibilité, supérieure à celle que nous pouvons vous offrir ici (Ne partez pas ! Restez quand même !) Rien ne me rendrait plus heureux que chacun de vous ait une audience à la hauteur de son talent.

En résumé : je suis Le Révérend de ces lieux. Je suis aussi un Ipaginauteur et j’en suis fier.

Nos structures sont complémentaires, ce n’est pas l’un ou l’autre : c’est le monde. Pour les têtus clivants qui voudraient nous opposer, peut-être dans ce cas organiserons-nous une battle ; leurs auteurs contre les nôtres ! Ils sont 423 en face me souffle-t-on… Ok, nous choisirons des champions :

Loume Astrée, brillant Janus  se lancera à l’assaut de l’insaisissable Yoxigen.

Lady Ka, le souffle de vie, et les pétales d’Aurélie à la rose de sang nous entraineront dans un tourbillon de mots.

Maître Gzom, chevalier du côté clair-obscur de la force croisera le fer avec Darklulu à l’épée des fantaisies.

De notre Cardinal des encres et des âmes ou D’Ève de Laudec bénie entre toutes les femmes, qui saura nous montrer la voie vers l’illumination ?

Quand à moi ? Et bien JeF mon frère, ça va se jouer de fondateur à fondateur à la mode 9.3 !

Vous y avez cru ? Diantre, diable et foutre saint-Dieu ! Nous serions bien mieux à trinquer devant un bon vin à nous laisser enivrer par les muses !

Jacob Jordaens [Public domain], via Wikimedia Commons
Jacob Jordaens [Public domain], via Wikimedia Commons
Reprenons à présent le cours de nos pérégrinations stratos-orphiques :

Dès le départ, le Cardinal des Encres et des âmes a lié nos plumes et son crayon dans un serment communautaire éternel :

Mais un ensemble ne tient que si un liant de bonne qualité est employé. Quoi de mieux que l’amour dont parle si bien Lady Ka ?

Loume Astrée s’associe à notre frère de la Tête de l’Artiste pour nos faire découvrir un autre visage, celui de Fade To grey. Voici une bien agréable reprise par le groupe Antigone 2.0.

Aviez-vous remarqué que la biographie de Maître Gzom était signée par les mystérieuses initiales Y.L ?

Hypnos aux songes de métal poursuit sa découverte du cinquième cri primal.

Pendant ce temps, je me gratte la royauté.

Nous aimons la peinture et il est important de découvrir les talents actuels. Pendant trop longtemps nous avons manqué à ce devoir. Nous comblons ce manque grâce à Camie Davis et son Narcisse au Café des Liches. Elle a bien évidement sa place au sein du Phalanstère.

N’oublions pas la revue de presse pour découvrir et partager des liens intéressants.

Il ne me reste qu’à vous souhaiter un bon weekend.

Longue vie à Portail Blog !

Longue vie à la Têtede l’Artiste !

Longue vie à Zyc’Méthys !

Longue vie à Ipagination !

Longue vie à l’Orpheo Mundi !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.