Super-héros, super-espoir mais aussi super-dérives ?

Super-salutations

On connaît tous les noms de quelques super-héros, d’autant plus qu’ils deviennent une valeur sure pour Hollywood. Toutefois, l’ancien fan de comics que j’étais s’est souvent posé des questions sur certains messages sous-jacents de cette culture populaire. Nous avons en tête le gentil Superman qui sauve la veuve, l’orphelin et le chaton qui manque de se faire écraser. Nous avons vu le Batman un peu torturé mais qui dépasse ses démons pour faire régner la justice. Mais parfois, des choses me gênaient un peu dans la lecture de ces bandes-dessinées. Voici quelques exemples qui me turlupinent depuis un certains nombres d’années :

Petit rappel pour ceux qui ne connaissent pas: il existe une équipe de super-héros appelée les Vengeurs, composés des plus grands héros de la planète. On y retrouve des personnages comme Hulk, Captain américa ou encore Iron-man. Il est décidé à un moment donné que l’équipe travaillerait sous l’égide de l’ONU en tant que sorte de « casques bleues » s’occupant des menaces cosmiques (effectivement, il y a peu de chance que Koffi Annan puisse négocier avec Galactus, un dieu qui a comme manie de vouloir dévorer la terre) Tout se passe bien, c’est une belle lune de miel jusqu’à ce qu’un super-vilain construise une île (je sais, le terme est ridicule mais c’est ainsi dans les règles canoniques du comics) Le docteur Demonicus (sic) qui a fait surgir des eaux cette île artificielle assure le monde qu’il veut juste en faire un endroit à lui où les autres super-vilains repentis pourront vivre loin du reste du monde. Mais les braves vengeurs veillent au grain et ne font aucune confiance au docteur Demonicus (à force de prononcer son nom on s’habitue… ou pas) Pas de bol, l’ONU a signé un accord avec le bon docteur et ordonne aux vengeurs de ne rien tenter contre lui.

titans-t163-page-69titans-t163-page-70

À ce niveau là, on les voit déjà bouillonner, luttant au téléphone, tombant sur les répondeurs des bureaucrates onusiens.

titans-t181-page-41titans-t181-page-42

Tout va bien, ils finissent par avoir le mandat de l’ONU pour agir, sachant qu’ils avaient déjà commencé. Ce sont des héros quand même ! Plus tard, ils vont se retrouver confronté à une guerre civile dans un état raciste où les mutants sont réduits en esclavage. Là aussi l’ONU va les en empêcher ! Hors de question (en plus les X-men sont déjà sur place alors ce serait trop la honte) Pendant qu’une partie d’entre eux va sur l’ile pour arrêter le massacre une autre se rend au siège des nations-unis et explique que leur devoir est de sauver le monde même si l’ONU n’est pas d’accord, parce que se sont des héros (là, vous devriez avoir la larme à l’œil à ce qu’il parait)

super-heros075081

A part ça, ai-je précisé que le vengeurs rassemblant les plus grands héros du monde sont à 95% américains ? Et si on remplaçait les vengeurs par Georges Bush et Demonicus par Saddam Hussein ? Et si l’île de Génosha était l’Irak ? Seriez vous surpris si je vous disait que cette scène tirée de ce comics ne date pas de la seconde guerre d’Irak mais de la moitié des années 90 ? il ne s’agit pas là de faire de l’antiaméricanisme primaire ni de faire de Saddam Hussein un saint ou encore défendre l’apartheid: le monde se porte bien mieux sans des personnes comme lui, le racisme c’est comme la guerre, c’est mal, et il est normal que les plupart des super-héros soient américains puis-qu’inventés aux états-unis. Ce que je veux dire par ces exemples, c’est que ces notions ayant amenés au fiasco irakien sont implantés dans les esprits même du peuple, finalement depuis leur enfance. Tandis que je manifestais à l’époque contre la guerre en Irak, je me souvenais de ces épisode des vengeurs que j’avais lu 10 ans avant. Dans cette philosophie, la justice doit l’emporter sur le droit. Est-ce bien, est-ce mal ? Ça c’est à chacun d’y répondre.

Je vais me permettre un autre petit exemple. L’univers de Marvel connaît son Big Boss super mais alors, super méchant : Thanos, surnommé l’amant de la mort. Il s’agit d’un des personnages les plus torturés des comics. Ce qui le change des autres: il s’en fout de dominer le monde. Ce qui l’intéresse, c’est que la mort tombe amoureuse de lui. Je ne vais pas vous faire toute son histoire mais pour résumer : Il finit par obtenir un pouvoir absolu face à qui même les plus grande divinités ne sont rien, et pour faire un cadeau à la mort, il fait disparaître en un claquement de doigt la moitié de l’univers. Du coup les super héros sont super pas contents et ‘l’univers entier se liguent contre Thanos. Les héros les plus puissants sont rassemblées et lancent un assaut suicidaire contre ce nouveau dieu ; ils y passent tous les uns après les autres, aussi bien Iron-man, que les X-men ou Thor, aucun ne résiste (je m’arrête là et fais une confession: j’en frissonne encore) Et ici, on revient à ma thématique: il ne reste plus qu’un seul héros : Captain américa! Oui vous ne rêvez pas, celui qui représente les valeurs de l’Amérique (et donc du monde). Bon, il se fait écraser comme un super gros caca. Mais là, une fois qu’il est tombé, le message est clair : seuls les dieux peuvent agir ! Et pouf ! Les puissances cosmiques apparaissent ! Traduction : si même l’Amérique a échoué, seuls les dieux peuvent agir…

67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78-79

Je vais me permettre un dernier exemple cette fois plus récent. En essayant de me remettre un peu aux comics pour voir ce que devenaient tous ces personnages qui me faisaient m’évader plus jeune, j’ai appris que l’univers Marvel avait complètement changé. L’un des point culminants en fût la saga « Civil War ». En gros, à cause d’une équipe de super-héros en mal de notoriété, 600 innocents périssent dans un combat (dont tous les enfants d’une école, histoire de dire que c’est un drame) Il y avait déjà eu pas mal de troubles avant, mais ceci fût la goutte d’eau. Du coup, le gouvernement décide d’adopter le « Super-Human Registration Act », une loi qui oblige tous les super-humains portant un masque à révéler leurs identités. Tous les héros ayant signé ont comme ordre d’arrêter tous ceux qui sont contre, d’où la notion de guerre civile. Les mutants par exemple qui ont souvent été pourchassés (voire exterminés) par le gouvernement ne sont pas super chauds, les héros qui ont des familles à protéger ne sont pas super tentés. Chacun à ses raisons de signer ou d’entrer en résistance. Effectivement, cette loi est loin de faire l’unanimité. « Registration act » ou « patriot act » ? Finalement c’est le peuple qui fera son choix. Je ne dis pas la fin.

civil-war-001-035

Quoiqu’il en soit, si on en revient à la création même des héros les plus connus, ils sont nés dans un certain esprit militant (d’aucun dirait de propagande) Jack Kirby a créé Captain America pendant la seconde guerre mondiale, parce que le jeune homme réformé de l’époque était frustré de ne pas pouvoir faire physiquement la guerre aux nazis. C’était sa contribution à l’effort de guerre. Iron-man est créé lorsque le personnage de Tony Stark est blessé au Vietnam (le film actualisera la chose en situant la genèse en Afghanistan) Les quatre fantastiques acquièrent leurs pouvoirs lors d’un voyage spatial ayant pour but de contrôler l’espace avant les communistes. Spiderman acquière ses pouvoirs en se faisant piquer par une araignée radioactive, ce qui est très symptomatique de la peur de la bombe atomique, contexte de guerre froide oblige. Toutefois, certaines naissances portent des valeurs plus humanistes : les X-men sont créés pendant que les noirs américains tentent de faire reconnaître leurs droits, une façon de faire comprendre aux jeunes lecteurs que la différence quel qu’elle soit doit être acceptée. La deuxième équipe de X-men ira même plus loin en mettant ensemble une africaine, un amérindien, un russe, un allemand, un écossais, un japonais, un canadien et un américain. Finalement, tout n’est pas perdu dans cet univers où on peut trouver le meilleur comme le pire.

integrale-x-men-1975-1976-005

Je tiens à dire que ce sujet m’a été inspiré par l’excellent blog « arrête de faire des histoires », un site dédié aux mythes et légendes et à l’art du conte. L’auteur, un conteur professionnel, a consacré un article sur les super-héros et la mythologie. La question est « les super-héros sont-ils nos futurs mythes ? » bien évidemment je vous invite à le consulter ici

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *