Hervé Sérane, la sagesse dans la nature

“Je tente de saisir le rêve au moment où il s’incarne, quand il s’enfante de de son propre temps”

Hervé Sérane

Voyage d'un photographe oberservé par des paysages Site d'Hervé Sérane
Voyage d’un photographe oberservé par des paysages Site d’Hervé Sérane

L’Orpheo Mundi s’ouvre enfin à la photographie et j’en suis heureux. Ceci est rendu possible grâce au talent et à la générosité de Hervé Sérane; mais reprenons l’historique.

Il y a quelque temps, j’ai reçu un mail de l’artiste me présentant ses créations, son site et son livre. J’ai été de suite attiré comme une phalène par cette étrange lumière. Dans ce même message, Mr Sérane m’a fait découvrir des peintres comme John Martin qui figure à présent au sein du phalanstère. Nous avons poursuivi une correspondance épistolaire numérique enrichissante, puis, il m’a fait l’amitié et l’honneur de m’envoyer son livre. De retour chez moi, j’ai ouvert avec l’impatience d’un enfant le paquet et j’ai dévoré chaque page avec gourmandise comme un zélote dévorant un livre saint. J’étais ébloui, j’étais Icare s’approchant du soleil; mais au lieu d’être brûlé par cette lumière j’étais réconforté, transporté quelque part entre le ciel et la terre.

9782746625310_3

Son livre se nomme “Voyage d’un photographe observé par des paysages”. La citation au début est tirée de la préface. Je l’ai montré à des ami(e)s qui ont été ébloui(e)s à leurs tours. L’émoi fût double lorsque ces personnes ont appris que les photos ont été réalisées en argentique, sans retouche via des logiciels comme Photoshop.

9782746625310_4

Je ne saurais dire dans quel(s) pays ces photographies ont été prises, et à vrai dire, je m’en moque. Ce n’est pas important pour moi. En le parcourant, le seul nom qui m’est venu à l’esprit est celui de “Pangée”, car je me suis retrouvé dans quelque chose de primordiale, si ce n’est primal, sans mise en scène, sans sophistication, mais dans un véritable rapport théosophique aux éléments. Hervé Sérane n’est pas un témoin de la nature. Il ne s’approprie pas la nature. Nous offrir sa vision des choses n’est pas sa cause. Je le ressens, et je pense avoir eu la confirmation à travers nos correspondance, comme un tunnel qui accepte l’ombre et la lumière qui s’offrent à lui, le transforme, pour nous la transmettre. Si je devais piocher dans l’imagerie de la Rose-croix, je prendrais le symbole de la chaine de lumière: je prends la lumière dans mon cœur, je la mets dans ma main, je te la tends, tu la prends dons ta main, tu la mets dans ton cœur; puis tu mets dans ta main, tu la tends à ton tour, ainsi de suite. Hevé Sérane a pris dans ses mains la lumière offerte par la nature, cette lumière dans son cœur qui à présent est dans le mien . Oserais-je le qualifier de photographe chamanique ?

9782746625310_5

Il exposera bientôt, je reviendrai sur cette discussion pour rajouter les dates et le lieu. En attendant, si vous souhaitez découvrir ses œuvres, vous pouvez vous rendre sur son site: http://www.herve-serane.com/. Il envisage de le refaire; dès que ce sera fait, je mettrai le nouveau lien.
Pour ceux qui voudraient se procurer son livre, il est disponible sur le site de la Fnac: http://livre.fnac.com/a3327638…..s-paysages. Je réponds ainsi à la question d’une amie à qui j’ai montré le livre et qui m’a interrogé sur sa disponibilité (Lady Harissa, je t’embrasse au passage)

Je le disais au départ, la photographie prend place dans l’Orpheo Mundi. Il ne me reste qu’à dédier à ce maitre chamanique une galerie au sein du phalanstère. J’ai essayé, avec son accord bien sur, de scanner les photos du livre. Celui-ci est d’une taille certaine et ne disposant que d’une imprimante-scanner domestique de taille modeste, je me heurte à quelques difficultés. J’ai également tenté de le scanner avec un smartphone haut de gamme, mais les couleurs étaient altérées.Je développe ces difficultés non pas pour me plaindre, mais parce que je m’amuse du fait que pour reproduire ces images fantasmagoriques, il faudrait que je les retravaille avec un logiciel de retouches, ce que le créateur lui même n’a pas fait ! Cette absurdité me fait sourire même si je refuse d’y céder. Quand j’aurai trouvé les solutions, ce sera la première galerie dédiée à la photographie.

9782746625310_2

En ce qui concerne Hervé Sérane, étant un très mauvais biographe, je vous invite à consulter un résumé de sa vie impressionnante ici: http://www.herve-serane.com/l%…..uteur.html. J’admire sa sapience; j’apprends énormément sur l’art à son contact. Je le remercie pour son talent et aussi pour sa générosité. Mr Sérane, vous êtes le bienvenu sur l’Orpheo Mundi, prenez place au sein du phalanstère ; prenez un siège et asseyez-vous un instant dans notre petit café, et faites nous découvrir les artistes que vous aimez, partagez au grand jour votre sagesse, ceci est le vœu pieux du révérend.

Je termine par la conclusion de sa préface, en espérant qu’il viendra lui même compléter ce qui est dit ici :

C’est l’œuvre qui construit l’artiste et non l’artiste qui recevrait l’œuvre comme un simple cadeau. Vivre ainsi, c’est créer et c’est un métier.

Être étonné de nos propres instants d’éternité.

Devenir des explorateurs de la lumière me semble la vocation propre aux créateurs de photographies visionnaires, à ceux qui sentent ce que signifié être “observé par certains paysages”.

Hervé Sérane

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.