Elle s’appellera Judith : les détails

Vous souvenez-vous du coup de Moïse et du buisson ardent ? C’est exactement ce qui est arrivé à notre héroïne malgré elle dans la dernière nouvelle « Elle s’appellera Judith ». D’une vie presque normale, elle met un pied dans la cour des ombres, ou plutôt le destin vient la chercher. Souvenez-vous de cette citation de Sartres figurant au fronton de ce site :

« Un élu, c’est un homme que le doigt de Dieu coince contre un mur. »

Elle  n’avait rien demandé et ça lui est tombé sur la tête, un peu comme un certain buisson s’étant mis à parler à Moïse en se consumant. Mais détaillons un peu.

Judith sera le nom de cette diaconesse, le destin a choisi pour elle. Il faut savoir que dans les religions judéo-chrétiennes, le nom est extrêmement important, surtout dans l’ancien testament et sa racine rabbinique. Le pire châtiment pour un criminel est d’avoir son nom rayé du livre de la loi ; c’est d’ailleurs pour ça que l’apôtre déchu Judas n’est appelé que l’Iscariote. À contrario, avoir son nom cité est être distingué du profane.

En parlant de l’Iscariote, les plus alertes on peut-être deviné qu’elle était une diaconesse de la lignée des corrupteurs. Quelques indices se sont glissés lorsqu’il est fait référence à la facilité de ses échanges, au fait qu’elle obtenait toujours ce qu’elle souhaitait. Ceci est le don accordé à cette lignée. Ce fait qu’elle en dispose éclaircit un point : avant l’appel, même si leurs capacités sont moindres, les futurs diacres ont déjà des traits de leur apôtre. Il en était de même pour l’enfant de la nouvelle précédente.

Andrea del Sarto 003
La Madone des harpies, Andrea del Sarto [Public domain ou Public domain], via Wikimedia Commons
À quel moment l’appel se fait entendre ?

La réponse est simple : n’importe quand. L’enfant par exemple l’avait déjà entendu. Elle a du attendre d’avoir la trentaine. Seul le destin décide de l’instant ; rien  n’empêche un appel à 77 ans.

Aux Metatrons :

Souvenez-vous de ce que j’écrivais il y a un temps concernant l’immersion des joueurs : prenez le temps de faire jouer l’appel à chacun de vos joueurs. Faites en une expérience unique qui leurs permettra de mieux appréhender leurs personnages respectifs. Je vous suggère de prendre chaque joueuse et joueur à part. Ce doit être une expérience intime : après tout, ce n’est pas tous les jours qu’on est appelé par Dieu. Libre ensuite à chacun de raconter aux autres cet évènement.

Il reste une question commune aux deux nouvelles : comment diable le concile apostolique sait-il qu’un diacre a entendu l’appel ? Bonne question ; je pourrais vous le dire tout de suite mais j’ai envie de vous faire mariner. En attendant la suite, je vous laisse avec ma recommandation habituelle :

Rêvez, faites rêver.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *