Les génériques de dessins animés: Pourquoi avons-nous tant souffert en France ?

On se rappelle tous des génériques de dessins animés de notre enfance portés par l’esprit rock d’un Bernard Minet ou la voix de bourgeoise délurée d’une Claude Lombard, et dont certains étaient composés par Antoine Decaunes sous pseudo. On en a tous de bons souvenirs tout en reconnaissant que quand même, c’était du bas de gamme… C’est ce qui m’a mené à ouvrir ce sujet sur les génériques japonais de manga. A vrai dire, j’aurais voulu faire ce sujet il y a 15 ans, quand les manga commençaient à devenir populaires en France. A l’époque on se passait entre amis les rares CD que nous trouvions en import dans les premières boutiques de l’époque comme Madoka ou Samourai (même s’il existait déjà d’autres centres pour Otaku comme l’historique Tonkam), cette époque où Animeland était encore un fanzine, où on avait les premières traductions d’Akira, Gunnm, Video Girl Aï etc Pendant ce temps, les mangas étaient à la télé de plus en plus mal traduits et/ou massacrés par la censure. Pour être plus précis, c’est en 1993, lors de mon premier voyage au japon que j’ai réellement découvert l’intérêt des japonais pour les génériques. Pour reprendre les termes, on parle d »opening (générique de début) et d’ending (générique de fin). Je voyais dans les boutiques les musiques de mangas vendues comme n’importe quel autre CD. Effectivement, celles-ci étaient plus travaillés. Toutefois, ce n’est pas forcément de la grande musique, il serait hypocrite de le prétendre. Toutefois ces opening sont plus audibles que les versions françaises, ce qui n’est pas difficile me direz-vous. Pour bien comprendre la différence culturelle, je citerai ce seul élément: il est très rare que dans un opening, le nom de la série soit cité; c’est une chanson à part entière fait par des groupes connus ou moins connus. Bien sur, il faut qu’elle est en rapport avec l’ambiance et/ou le message de la série concernée. Soit les morceaux sont composées exclusivement pour la série, soit des morceaux déjà existant dans les charts sont repris. Certes le principe est le même que pour un film ou une série, le problème ici est que le traitement français faisait d’un produit culturel comme tout autre un sous-produit. Si on compare avec ce que nous avions en France, pour nous ça se limitait en gros à citer 20 fois le nom de la série. Apparemment, les enfants et les ados français devaient être considérés comme plus idiots que la jeunesse japonaise pour qu’on nous ait infligé à de telles horreurs…

Je vais vous présenter différents opening et ending pour la plupart sous-titrés, et de votre côté, n’hésitez pas à faire de même

Avant ça je vais vous montrer la différence flagrante grâce à une série culte: Hokuto no Ken connu dans nos contrées sous le nom de Ken le survivant!

Et la version japonaise qui est… une chanson d’amour

Je vais également rajouté, si je peux les trouver, les clips des interprètes des chansons d’origine. D’une part, il est intéressant de mettre une tête sur une voix; d’autre part, je les trouve assez emblématique de l’esprit musicale japonais. Leur look déjà montre que même si la chanson existait avant le manga, l’esprit de fantaisie un peu catharsique est profondément ancré dans cette société réputée rigide.

Et voici les Opening et ending des OAV de Shin Hokuto no Ken (à ce niveau là, je dois quand même dire que certains auteurs d’opening doivent se droguer… les textes sont plus profonds que ceux de Bernard Minet mais… je vous laisse juger)

J’en profite pour remercier les différentes équipes de Fansub, des passionnés qui depuis des années traduisent les animé pour les faire connaitre en France. Un grand merci également à tous les autres fans qui patiemment apportent des renseignements sur les séries, leurs auteurs et leurs interprètes. J’invite les nostalgiques à visiter le site Coucoucircus où vous trouverez quasiment tous les génériques de dessins-animés et de séries.

Je ne pourrais pas parler de manga sans citer l’un des plus connu: Les chevaliers du zodiaque dont le nom d’origine est Saint Seiya.

Laissez moi vous présenter le générique de la suite de Saint Seiya:

Et le générique de la dernière série, Lost Canvas, qui est un préquel de ce que nous avions vu. Là on parle d’une série à succès d’une franchise, donc pour une fois le nom du héros est cité, sachant que là aussi vous verrez la différence au niveau de l’écriture

http://www.dailymotion.com/video/xag0mp_saint-seiya-the-lost-canvas-vostfr_music

Et puis cadeau: le générique d’origine qu’on a pu entendre dans cette série culte et interprétée par le groupe d’origine (Make UP)

Passer à côté d’Elfen Lied serait un crime. Et vous noterez les références à Klimt, particulièrement apprécié sur l’Orpheo Mundi. Ce morceau est interprétée par Kumiko Noma.

Un anime qui m’a fait faire des cauchemars! Au début, en voyant le style graphique très enfantin, je n’étais pas tenté pat cet animé dont j’avais pourtant eu de très bon écho. Et bien cet opening m’a réconcilié avec et m’a incité  à le voir. Cela montre bien l’importance que ça peut avoir: ça met directement dans l’ambiance. En tout cas je suis content d’avoir vu cet anime, même si sur le coup, n’arrivant pas à trouvé le sommeil et sursautant à chaque bruit, je regrettais

Le clip reprend peu ou prou la thématique de l’anime. Je ne sais pas s’il a été réalisé après le manga, mais ça m’intéresserait de savoir pour mieux situer l’interconnexion entre une chanson et le choix qui en est fait de s’en servir pour un opening.

Mugen no Junin. Ce fût une bonne surprise, ce manga ayant plus de profondeur que je ne le pensais au départ.

En lisant les critiques, j’ai pu voir que beaucoup de fans du manga d’origine faisaient part de leur déception quand à cette version animée. En revanche, tous saluaient la qualité de l’opening.

Samouraï Shamploo, un manga vraiment à part, une histoire de Samouraï complètement déglinguée à la fois sombre et marrante. Je mets cette fois l’ending en plus de l’opening car ils montrent bien le schéma classique dans la construction d’un épisode type: le générique de début est généralement tonique, il est là pour réveiller, exalter et mettre le sourire aux lèvres dès le départ (après tout on attend une semaine pour voir la suite). L’ending est généralement plus doux, histoire de redescendre en douceur.

Beaucoup d’entre vous se rappellent de Robotech, dont le nom d’origine est Macross. Je vais me permettre de reprendre brièvement la thématique de la série: c’est la musique qui permet aux humains de communiquer avec les extraterrestres. Vous comprendrez donc l’attention particulière portée par les réalisateurs aux musiques de cet anime. Pour ma part je n’accroche pas, ce sont des musiques généralement chantées par des « idols » des chanteuses  lolita japonaises kleenex. En tout cas, toute la saga macross (puisqu’il y a eu plusieurs séries) a généré des coffrets entiers de chansons, tant celles du générique que celles interprétées par les personnages de la série.

Voici l’opening de Macross Frontier. Le schéma est quasiment le même que dans la première série Robotech qui passait sur la 5: un triangle amoureux entre un pilote de l’armée, une chanteuse et une tierce personne. Ici c’est plus encore compliqué pour le gars parce que la deuxième jeune fille veut devenir chanteuse elle aussi. Dans ce premier générique, il faut le dire, c’est une chanson d’amour où il se fait bien pourrir la gueule

Deuxième opening: toujours le triangle amoureux sauf que la situation a changé: l’une va mourir et l’autre doit mourir. Je ne l’ai pas précisé mais pour les séries un peu longue, plusieurs opening son composés et sont systématiquement annoncés comme un évènement.

Je suis impressionné par le public qui leur fait un accueil de rock star °_°

L’autre point intéressant: les chanteuses reprennent un peu les postures des personnages de la série, pas tant par rapport au générique que par rapport au caractère de chacune tout au long de la série.  Je me demande si les auteurs se sont inspirés d’elles ou si elles se sont calquées sur les personnages. Je me demande aussi comment elles vivent le fait que leur voix seront toujours associés à Macross…

La musique étant au centre de la série, elle s’invite même en pleine bataille :

Il faut noter que cela à donner lieu à un opening spécial pour l’épisode 17. Nous retrouvons bien sur nos deux idoles précédentes en live dans tout ce qu’elles ont de plus « idolesque »…

Si vous êtes curieux, taper dans votre moteur de recherche le nom de cette dernière chanson,  » Seikan Hikou », et vous verrez que la chorégraphie de Ranka Lee a fait un tabac…

Je disais en préambule que c’est lors de mon premier séjour au Japon que j’ai vu la différence de traitement au niveau de génériques. Je me dois de préciser que c’est lors du second séjour en 95 que je m’y suis réellement intéressé (pile au moment où Chirac a annoncé la reprise des essais nucléaires… merci de m’avoir un peu pourri les vacances) J’avoue, je fais mon coming-out musical, j’ai adoré le dernier ending de Yu Yu Hakusho (une série qui a eu autant de succès que Saint Seiya ou Dragon ball Z)

En me rappelant cette chanson il y a quelques semaines, j’ai appris la mort du chanteur et j’ai été surpris de voir tous les hommages qui lui étaient rendus au-delà du Japon. Voici le clip de la chanson « Taiyou ga Mata Kagayaku Toki »

Je vous disais plus haut qu’une longue série générait plusieurs opening et ending. Je vais vous donner quelques exemples par le biais de 3 séries à succès actuelle: Bleach, Naruto Shippuden et Full metal alchemist brotherhood. Sans surprise, vous pourrez voir que les chansons portent sur les émotions des personnages et non pas sur la description du manga comme c’était le cas en France (promis, je ne vous mettrai plus de vidéos de Bernard Minet)

Commençons par Bleach:

http://www.wat.tv/video/bleach-opening-13-vostfr-37vsr_2iy6f_.html

Et maintenant un enging,  dernier étant complètement décalé: et s’ils avaient des vies normales à quoi ça ressemblerait?

Pour Full metal alchemist Brotherhood, il n’y aura que le dernier opening. Vous avez un épisode entier et gratuit en prime grâce à la société dybex qui a l’intelligence de mettre en ligne les nouvelles séries qu’elle distribue en France. Elle les retire au fur et à mesure qu’ils sortent les dvd mais au moins, on peut en bénéficier plusieurs semaines. C’est la raison pour laquelle il n’y aura qu’un seul opening, les premiers n’étant plus disponibles. Pour une dernière précision,  ce morceau est celui qui clos la série (ça tombe bien, j’aime bien ce morceau. Encore un coming-out musical)

Et j’aime bien le petit côté Jeanne Mas décomplexée du groupe.

Pour une fois, le clip s’avère plus étrange que le manga (sachant que celui-ci baigne dans une ambiance assez particulière)

J’ai souvent parlé des vampires sur votre site favori (le mien) donc je ne pouvais faire un sujet sur les opening sans parler de Hellsing et l’Opening de cette série sanguinolante

Je saute quelques étapes pour vous présenter l’ending du 7ème OAV de Hellsing ultimate. A défaut d’avoir pu trouver une vidéo de l’interprète, Suilen,  je vous invite à découvrir son Myspace et son site officiel (un des plus beaux que j’ai pu voir). Cet ending raconte l’histoire de deux des personnages de la série, un mercenaire et un flic qui va devenir un vampire, jusqu’à sa conclusion…

« Kousetsu Hyaku Monogatari » appelé aussi « Requiem from the darkness » (c’est beaucou plus court) l’openin et l’ending sont pour une fois de la même chanteuse, Keiko Lee. En ce qui concerne l’opening, je pensais que c’était un homme qui chantait. Je trouve que ça contribue à donner un côté aussi surprenant que la série en elle même: Il s’agit d’un trio qui voyage â travers le monde pour découvrir la vérité derrière les légendes.

Et maintenant l’ending. Je regrette de ne pas encore avoir réussi à trouver la vidéo correspondante.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *