Currently browsing category

Le Café des Liches, Page 2

Perdita Durango, une danse avec le diable

Perdita Durango est dangereuse.
Perdita Durango est folle.
Perdita Durango est destructrice.
Perdita Durango aime le sexe et le sang.
Perdita Durango a le cynisme des gens lucides.
Perdita Durango a faim.
Perdita Durango rencontre Roméo Dolorosa, un mec aussi barjo qu’elle.

Le pendule de Foucault, Umberto Eco

Ce bijou demande toutefois une préparation à l’inconnu. Ceux qui ne connaissent rien aux sociétés secrètes, à l’ésotérisme ou simplement à l’histoire se plongent avec plaisir dans un dictionnaire ou une encyclopédie pour en savoir plus. À l’inverse, ceux qui se sont intéressés à ces choses se retrouvent à s’interroger.

Shame, de Steeve Mc Queen

C’est une longue descente aux enfers qui nous est présentée, d’autant plus longue et difficile qu’elle dérange. En tout cas, ça m’a dérangée. Parce que ce qui ressort surtout, c’est l’immense vide dans lequel les deux, Brandon et Sissy se débattent. Un vide terriblement vivant dans lequel on peut se laisser mourir.

Camie Davis : Narcisse en Écho

Sa douleur, sa fascination, sa mort tout est visible dans cet instant immortalisé par un maître. Je me retrouve dans le rôle d’Écho ne pouvant sauver l’être ingrat qui la fascine. Il ne me verra jamais tandis que je reste à le contempler pendant des heures.

Ipagination, le temple des mots

Diantre, diable et foutre Saint-Dieu ! Que n’ont-ils pris la plume plus tôt ! Si j’avais croisé ce site il y a deux ans, …

L'écrin des cris (V)

Sonne Adam : Transformation (Imperium Productions / 2011) Après une démo (The sun is dead, récemment rééditée en 7”) et un EP (Armed …

L’écrin des cris (IV)

Ananda : Profane (Overcome Records / 2000) D’entrée de jeu, Profane déclenche un sentiment de guérilla urbaine. Ça pue l’asphalte, le béton, l’acier. …